Eglise Saint Martin

Cliquez sur l’image pour effectuer la visite virtuelle

La visite virtuelle a été réalisée par Patrim’Oise.
L’église de Gilocourt est sous surveillance électronique. Les œuvres présentées sont des copies.


Eglise des XII e (1160-1170), XIII e et XV e siècles.

Le Portail

Ogival à trois rentrants du XIII e (6 colonnettes et 3 boudins).

Restauré en 1874 et 1987. Porte en chêne posée en 1874. Petite porte à anse de panier. Bas relief de Saint-Martin partageant son manteau. (XIII e).

Portail roman de l’église

Saint-Martin (statue à Crépy en Valois) né en 316 en Hongrie, élevé en Pavie, enrôlé de force à quinze ans dans l’armée romaine parce que son père était soldat, il est envoyé à Amiens où, un jour d’Hiver, n’ayant pas d’argent à donner à un pauvre malheureux, il coupe sont manteau et lui donne la moitié (l’autre moitié appartenait à l’armée romaine). Il rêva ensuite qu’il voyait le Christ revêtu de son manteau et qui disait : « Il n’est que catéchumène et il m’a donné la moitié de son manteau ! ». Il est baptisé à 18 ans, évêque de Tours, fondateur des monastères de Ligugé & Marmoutiers.

Le clocher

Le clocher du XVIII me, reconstruit après un incendie par un charpentier local sur ordre de M . Labory qui partait pour la guerre. Ason retour, furieux du résultat, il voulait trucider le charpentier ; et pourtant la charpente est superbe.

La Cloche

La cloche XVII e fondue en 1634 sur la commune, pèse 1700 livres, elle est classée en 1913 et s’appelle Marie.

Cloche de l’église Saint Martin

La nef des XII e et XIII e siècles

Les colonnes encadrant le porche sont du XII me siècle. La nef comporte 4 grandes arches bordées de tores, reposant sur des piliers garnis sur chaque retombée d’arcade d’une demi-colonne et de deux colonnettes à chapiteaux ornés de feuilles plates qui se retournent parfois en petites boules, ancêtres du chapiteau à crochets.

Colonnes romanes

Les niches contenant des crânes humains

Six niches contenant des cranes humains et d’animaux et des poteries ont été découvertes dans le cœur de l’église lors d’une restauration des murs.

une des niches côté sud  du cœur

Une étude sérieuse a été réalisée et publiée dans la revue d’archéologie de Picardie en 1994.

Etude sur les niches de l’église